Les Toubou

 

                                                                                            see English page

 

 

Les Toubou sont un peuple d’éleveurs nomades qui occupe, à l’Est des Touareg, un quart du Sahara, entre le lac Tchad et la Libye. Ils se subdivisent en deux vastes groupes apparentés, aux contours flous car les intermariages sont fréquents. Ce sont les Teda au nord et les Daza au sud. Les uns et les autres parlent deux dialectes d’une même langue nilo-saharienne. Les Teda en tant que sahariens sont plutôt éleveurs de dromadaires, tandis que les Daza associent à cet élevage, en zone sahélienne, celui des bovins. Du petit bétail s’y ajoute fréquemment dans les deux cas. L’élevage pratiqué privilégie les femelles (vaches et chamelles) dont on consomme le lait, frais ou caillé, tandis que ces bêtes assurent l’objectif prioritaire des éleveurs, qui est le croît du troupeau.

 

La richesse se mesure à l’importance du cheptel, mais aussi au nombre des parents. En effet, la solidarité entre familles nucléaires apparentées est une obligation. Elle prend le plus souvent la forme de dons d’animaux lors des mariages, mais aussi d’entraide lors d’un coup dur, de vol de bétail ou de meurtre. Ces liens sont démultipliés par la règle de mariage, qui interdit toute union au sein de la proche parenté. Ainsi se tisse un réseau diffus de liens sociaux qui assure l’indépendance des familles dans une société dont les chefs sont dénués de tout pouvoir coercitif.

 

 

 

Quelques lectures :

 

BAROIN, C. 2003. Les Toubou du Sahara central, Paris : Editions Vents de sable, 176 p. + 40 photos.

 

BAROIN, C. 1985. Anarchie et cohésion sociale chez les Toubou : les Daza Kécherda (Niger). Cambridge : Cambridge University Press/Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, collection "Production pastorale et société", 456 p. (ouvrage publié avec le concours du CNRS).

 

BAROIN, C. 2008. "La circulation et les droits sur le bétail, clés de la vie sociale chez les Toubou (Tchad, Niger)", Journal des africanistes 78, 1 et 2, pp. 120-142.